Guide du rasage classique

Dès la découverte du fer, bien avant Jésus Christ, les hommes se taillaient la barbe avec une sorte de roche coupante en bronze. Dans l'antiquité, les romains et les grecs utilisaient un instrument semblable à un petit sabre. Bien plus tard, au 16e siècle, le rasoir coupe-choux fit la prospérité des salons de barbier et des acteurs de cinéma charismatiques. De la fin du 19e siècle jusqu'au milieu du 20e siècle, ce fut le règne du rasoir de sécurité ou mécanique. Il céda sa place aux multi-lames pré-lubrifiés, aux jetables et aux modèles électriques. Par conséquent, il existe un véritable marché consacré à la barbe, cet ornement facial objet de toutes les attentions.

Pourquoi revenir au rasage traditionnel ?

On croyait les rasoirs anciens disparus avec les années 60, réduits à l'état de vestige, rendus obsolètes par les accessoires modernes. C'était sans compter sur la mode vintage qui exhume des objets désuets et leur donne une nouvelle vie. Cet engouement pour le style rétro touche tous les domaines, de la déco à l'automobile, en passant donc par la toilette masculine.

Ce qui fascine dans ces instruments, c'est la valeur de leurs matériaux, loin des produits standards de masse : un acier de premier ordre, un bois précieux, dont l'aspect définitif est attribué par la main de l'homme. Ils ont une âme, un charme authentique sans égal. Un homme en possession d'un tel accessoire se voit donc respecté et conforté dans sa virilité par un surcroît d'élégance.

Ces considérations esthétiques s'ajoutent au fait que la qualité du rasage est accrue. En effet, une seule lame est bien moins irritante que plusieurs. Faite dans un acier de première classe, fortement aiguisée, sa capacité de coupe est incisive, le poil est éliminé de près. Afin que la peau soit sauve, il faut un blaireau de rasage. La friction du pinceau contre le visage et la mousse assainissent et docilisent la barbe. Ainsi le rasoir ne rencontre aucune résistance pendant son passage et ne cause donc aucun dégât cutané. Fini le temps où vous sortiez de la salle de bain avec les joues rouges (feu du rasoir) et des saignements jugulés par des morceaux de papier toilette.

Le maniement du rasoir de sûreté exige un petit temps d'apprentissage, qui est plus long pour le coupe-choux. Une fois acquis, vous pourrez retirer votre toison en totalité ou l'arranger à votre convenance. Votre outil vous rendra service sur une longue durée et vous amortirez son prix grâce à ses matériaux inoxydables et imputrescibles.

Le rasage à l'ancienne n'est pas fait pour aller vite, mais pour s'offrir un moment d'intimité et de relaxation au cours duquel l'homme se recentre sur lui-même.

Quel rasoir choisir ?

Le rasoir de sûreté

Rasoir de sûretéEn matière de rasage traditionnel, le rasoir de sûreté est de loin le plus abordable car c'est l'ancêtre des modèles de la grande distribution. Une fois qu'elle a fait son temps, la lame à double tranchant se remplace par une neuve. En tournant le pied du rasoir, la tête se desserre et permet le changement de lame. Il s'effectue environ une fois par semaine en cas d'usage quotidien.

Le peigne fermé

Le rasoir à peigne fermé est le plus couramment utilisé. Ce terme signifie que la lame est devancée par une barre droite, rectiligne, qui maintient la lame à distance de la peau. Cette caractéristique rend l'outil plus facile à prendre en main et plus réconfortant. Il est plébiscité par les néophytes et par les hommes qui se toilettent tous les jours. On estime que 3 passes sont suffisantes : dans le sens du poil, en biais et à rebrousse-poil. Petit (<=10cm), cet instrument aide dans les régions délicates du visage, en particulier sous le nez. A l'inverse, plus long (>10cm), il autorise de longs balayages, faisant office de rasoir femme pour les jambes.

Le peigne ouvert

Tout comme le peigne fermé, le rasoir à peigne ouvert a une lame posée en retrait sur une barre qui est cette fois crénelée. La peau est davantage exposée à la lame. Le rasage est ainsi plus vigoureux, mieux adapté aux fortes pilosités, pour une fréquence d'utilisation entre 2 et 3 fois par semaine. Cet outil est réservé aux hommes expérimentés.

Rasoir de sûreté à peigne fermé                            Rasoir de sûreté à peigne ouvert

Le rasoir Mach3

Les hommes habitués aux multi-lames, qui en sont satisfaits et ne désirent pas en changer ont toutefois la possibilité de monter en gamme. En effet, le rasoir Mach3 Mühle dispose d'un manche en résine haute qualité, en corne, en porcelaine ou en bois noble. La technologie Mach3, à trois lames, est signée Gillette. Elle se complète d'une bande lubrifiante et irrite peu, mais requiert un peu plus de passages. Les lames de remplacement sont vendues dans tous les magasins de grande surface.

Le rasoir Fusion

A l'instar du Mach3, le rasoir Fusion Mühle est livré avec une tête à 5 lames de Gillette. Elle en a une sixième servant à parfaire le rasage. De ce fait, ce modèle, également doté d'un lubrifiant intégré, coupe rapidement, mais irrite un peu plus. Le manche est lui aussi splendidement taillé dans une matière de qualité supérieure. Les lames de rechange sont disponibles dans tous les supermarchés.

Le rasoir coupe-choux

Rasoir coupe-chouxLe coupe-choux, ou rasoir droit, est le plus complexe et le plus ancien des outils de rasage masculin. Sa belle lame pliante, acérée, à nu, intimide et il faut plusieurs tentatives avant d'acquérir le geste juste. C'est la raison pour laquelle il inspire un sentiment de virilité. Un angle de 30° est préconisé entre la lame et le visage. Il est adulé par les passionnés pour son authenticité, sa prestance et sa valeur historique. Dovo, coutellerie allemande à Solingen de renommée internationale, est notre principal fournisseur.

Le coupe-choux est capable de vous suivre tout au long de votre vie, voire même être transmis à votre progéniture. Dans ce but, il faut aiguiser la lame une ou deux fois par mois à l'aide d'un cuir d'affûtage sur lequel une pâte abrasive est déposée. Par ailleurs, avant chaque utilisation, il convient de chauffer la lame sur le cuir seul.

La lame a des propriétés qu'il est important de prendre en compte pour ne pas être pris au dépourvu. Évidée (hollow ground), elle est légère, maniable, d'une finesse remarquable. C'est la plus usuelle. Elle peut également être évidée sonnante (full ou extra hollow ground), le summum de la subtilité : le fil émet un crissement au moment de trancher les poils. A l'inverse, demi-évidée (half hollow ground), elle est plus lourde et il suffit de la laisser glisser sans forcer.

L'unité de mesure traditionnelle de la largeur de la lame est le huitième de pouce. Nos modèles sont en majorité en 5/8 (environ 1,8 cm) et parfois en 6/8 (environ 2 cm). La plupart ont un nez rond (pointe ronde), mais vous trouverez aussi le nez espagnol (pointe incurvée), carré (pointe droite), français (pointe courbée).

Le rasoir shavette

Le rasoir shavette est tout simplement un coupe-choux à lame interchangeable. Diminuée, une lame se retire au profit d'un neuve. Cette spécificité permet aux hommes d'éliminer les contraintes d'entretien et de se concentrer exclusivement sur le plaisir et la singularité du rasage de barbier.

Les blaireaux synthétiques et naturels

Blaireau de rasage

Respectueux de la nature et moins cher, le blaireau synthétique est une invention humaine, calqué sur le vrai poil de blaireau. Il en reproduit le confort, l'aspect visuel et les bienfaits. Les fabricants en ont profité pour améliorer certains points : le séchage express, sa faible consommation de mousse et sa facilité d'entretien. En voici deux exemples : silvertip fibre (synthétique argenté) et black fibre (synthétique noir). Ce sont les versions artificielles du silvertip badger (pur argenté) et du pure badger (pur noir ou pur gris). Parmi les véritables fibres, citons également le gris premier-choix (fine badger ou best badger) et la soie de porc.

Le pur poil de blaireau est d'une noblesse sans pareille car 100% naturel et authentique. Chaque tige prélevée doit remplir des critères qualitatives élevées pour être incluse dans le bouquet. La durabilité de ses performances dépend de l'attention que vous lui accorderez et il sèche assez lentement. Avec lui, vous suivrez fidèlement l'exemple du barbier d'antan et vous éprouverez les véritables sensations du rasage à l'ancienne.

Tous ont des qualités équivalentes. Rappelons qu'un blaireau de rasage participe à la protection de la peau. Les brosses noires et en soie ont une nervosité plus appuyée, convenant à un système pileux fourni, tandis que l'argenté et le gris premier-choix iront à une toison de mince à normale.

Quel que soit votre modèle, le séchage du pinceau doit se dérouler sans intervention de votre part et en position inversée sur un support pour laisser l'eau couler.

Concernant notre offre, nous commercialisons toute la gamme Mühle ainsi que quelques références du français Plisson.

Les soins de rasage

Le véritable savon à barbe est confectionné par un maître-savonnier. Il existe depuis que l'homme prend soin de sa toison faciale. En cela, c'est le soin de rasage le plus convoité par les partisans du retour à la tradition. Onctueux, sa composition est naturelle, étant à base végétale. Couplé à l'eau, il autorise un contrôle précis de l'épaisseur de la mousse. Même s'il est plus cher à l'achat du fait de sa haute qualité, il est aussi plus long à finir que ses concurrents.

La crème de rasage traditionnelle présente l'avantage d'être plus facile à faire monter. Sa texture est plus fluide pour un contrôle moindre de la densité.

La mousse à raser, bon marché, est une substance encore plus insaisissable qui mise tout sur la rapidité et la praticité. A utiliser le matin en cas de retard.

Enfin, le gel de rasage est le seul à proposer une consistance transparente pour une barbe mieux tracée.

Dans tous les cas, au terme de votre toilette, une huile à barbe est vivement préconisée pour affermir les défenses et la beauté de votre épiderme.

Comment bien se raser la barbe ?

Immergez la touffe du blaireau dans un bol d'eau tiède pendant 1 à 3 minute(s). Ouvrez le récipient de votre savon à barbe. Fouettez-le avec la touffe afin qu'il génère une mousse crémeuse. Pour ce qui est de la crème de rasage, une noisette se dépose dans un bol et s'amplifie de la même façon.

Votre blaireau en main, étalez la substance sur l'ensemble de votre visage. Cette préparation retire les obstacles qui pourraient contrarier la lame (squames, excès de sébum, nœuds) et hydrate profondément. La lame ne causera aucun préjudice cutané car votre peau sera lubrifiée et les poils détendus.

Afin de réduire encore le frottement, il est possible d'appliquer une huile au préalable. Les après-rasages, sous forme d'huile, de lotion ou de baume, la pierre d'alun et le crayon hémostatique guérissent les éventuels bobos et consolident la peau tout au long de la journée. Leurs propriétés sont comparables. Seul change l'état de la matière, à choisir selon votre préférence (liquide, semi-solide, crémeux, huileux).